Site personnel de Lucien Defawe

Le Hêtre. (le Fawe)

Dénominations.

En latin et en botanique: Fagus sylvatica de la famille des Fagacées (arbre amentifère qui porte des inflorescences en chatons).
En anglais: Beech.
En allemand: Rotbusche (le nom français hêtre étant issu de l'allemand Heister).
En vieux français: Fayard ou Fau (issu du latin fagus)
En wallon de la province de Liège et Luxembourg: Fawe, Faw, Fau, Fauwe.

Aspect général.

Le tronc est droit et cylindrique, avec une écorce lisse très fine.
La cime puissante est de forme ovoïde ou sphérique comportant de fortes branches élancées.
Les feuilles sont du type caduque et se renouvellent donc chaque année, mais le feuillage de teinte marron reste fixé à l'arbre en hiver, jusqu'à ce que les nouvelles feuilles (vert tendre) les détachent. Il existe une variété de hêtre à feuillage rouge ou pourpre.
Les fruits nommés faines ou faînes ( en wallon - fayînes) et sont comestibles (septembre-octobre), très appréciés par les animaux de la forêt et auparavant pour nourrir les cochons. Autrefois une huile était extraite des faines
Sa hauteur peut atteindre 40 mètres.
Sa longévité est de 300 à 400 ans, son exploitation en menuiserie (meubles, escaliers) se situe entre 100 et 180 ans.
La densité de ce bois est très importante, 750 kg/m3, comparable au chêne blanc qui a la même densité.

Situation géographique.

Il peuple les forêts européennes et est donc bien adapté aux climats océaniques et montagnards, mais généralement où la pluviosité est abondante.
Il croît dans les sols riches et bien drainés.

Comment reconnaître un hêtre.

(Passez sur la photo pour avoir l'explication.)

Son aspect général Son tronc lisse et grisâtre Feuille simple en position alternée

Le fruit "faines" Le chaton mâle La structure du bois en menuiserie

Patronyme Defawe issu du hêtre.

Comme je l'ai déjà signalé sous la rubrique "Activité Généalogique", le patronyme Defawe et ses différentes variantes, selon les écritures, provient du nom des personnes qui au moyen-âge ont habité un lieu à proximité de hêtres.

Dans les régions de Wallonie, au moyen-âge, des lieux étaient nommés en "Vieux dialecte Wallon" selon la proximité d'un élément identifiable, et notamment l'essence d'un arbre, comme le hêtre par exemple.

Une thèse de doctorat (consultable à la bibliothèque romane de l'Université de Liège) réalisée en 1978 par Régine Toussaint a pour titre " Les dénominations de quatre essences forestières dans la toponymie des provinces de Liège et de Luxembourg. Problèmes de toponymie et de phonétique".

Dans les quatre essences forestières, Régine Toussaint, analyse notamment le hêtre, le nom de cet arbre en wallon est dérivé du latin fagus et a des formes comme: fawe, faw, fâw, fôw, fau, fauwe...

Une autre appellation dans ces régions de Wallonie provient du moyen allemand "hister" (hêtre jeune arbre) qui a donné les formes suivantes: (h)èsse, (h)êsse, (h)asse, hète ...

Une carte de Wallonie est reprise dans la thèse de Régine Toussaint et montre les différentes régions et la situation des dénominations "faw" et "hèsse" (voir carte miniature ci-dessous et cliquez pour agrandir).

Faw en wallonie Faw en Wallonie

Ne pas confondre le "fawe" qui désigne l'arbre en lui-même et le terme "fayard" qui déjà depuis le 14 eme siècle désigne le bois que l'on tirait du hêtre.

Il existe environ 170 lieux-dits formés avec le mot wallon fawe répartis dans près de 80 communes des provinces de Liège et Luxembourg. (selon Martine Willems, directrice de la Maison de la Wallonie, à Liège).

Des consultations de livres et divers documents qu'a examinés Régine Toussaint pour établir sa thèse, elle a relevé la présence du nom fawe et de ses dérivés dans les années:

1304 Henri de sechfau
1363 le seyfaw
1364 septfaus
1531 au preit des septfawes
1569 en bois de sept fawes
1588 a fawe des pourry pouxhons (Fosse)
1595 en fond de fawe, fond dès fawes
1612 la courte des sept fawes
1622 la taille a deux fawes
1627 dans la parge des 7 fawes
1634 le fendu faw
1678 az sept fauves haulteur de la noeuf ville en Condroz
1710 proche la cense aux fawe
1738 dans la campagne de gros fawe
1752 au chemin de sept fawes ...
et aussi,
pahi a faw, pahis a fawe (Comblain-Fairon)
à fâwes, heid du rond fawe (Harzé)
aux fawes (Werbomont)
duzo lès fawes (Chevron)
â fawe (Fosse)

Notez que vous retrouverez aussi une partie de ces noms que j'avais vu en consultant les registres paroissiaux et qui se trouvent mentionnés dans les notes (en police bleue) de ma rubrique "La principauté de Liège" (la petite histoire des Defawe).

Quelques explications en wallon.

Des spécialistes de la langue wallonne ont bien voulu me communiquer des informations sur le mot faw (http://moti.walon.org/dicc_esplicantF.html) , notamment José Schoovaerts qui m'a dirigé vers Lucien Mahin, un grand passionné de la langue wallonne qui a développé un site Internet: http://aberteke.walon.org/
Je reproduis ci-dessous les informations qui m'ont été expédiées par E-mail, par Lucien Mahin (Lucyin Måhin, ki s' fwait lomer "Louline Voye", waiburlin vochal)

fåw [o.n.] (v.v.m.) hesse. F. hêtre. >> Li / â Pahi âs Faw, no d' plaece di Comblin-al -Tour, Les / âs Faw; Lu / al Hé dè Rond Faw: no d' plaece di Harzé. >> Les / ås Faw: no d' plaece di Werbômont. >> Duzo les Faw: no d' plaece di Tchèvron. >> Les / âs Faw (Fosse). rl a: få, fayi, fawene, fådeu Disfondowes: faw, fauw, fâw. Etimolodjeye: lat. fagus (minme sinse). | fawnî [o.n.] få. F. hêtre. Coinrece walon do Coûtchant. | fawele [f.n.] pitite hesse. Disfondowes : fawèle, fawale. Coinrece Basse-Årdene.

få 2 [f.n.] (v.v.m.) faw (hesse). F. hêtre. >> La / Al Få Mayô: no d' plaece di Viance. rl a: fådeu, faguéye. Disfondowes: fau, fâ. Etimolodjeye: lat. fagus (minme sinse). | fåyåd [o.n.]

fawene [f.n.] pitite biesse a tete, magneuse di tchå, del famile des bascoletes, ki dmore voltî din les fås. F. fouine. Disfondowes: fawène, fawine, fayine, fwine. Etimolodjeye : bodje faw (få, hesse), cawete -ene. | fawinete [f.n.] fawene. Disfondowes: fawinète, fayinète.

fayi [o.n.] bwè d' faw (di hesses). rl a: Bêfayi, Hôt-Fayi, Fayi-Fåmene, Plit-Fayi, Grå-Fayi. F. hêtraie. Etimolodjeye: lat. fagetum (minme sinse). | fayijhea [o.n.] pitit bwè d' faw. >> Lu / ou Fayijê: no d' plaece di Fayi-l'-Vaneu. Disfondowes: fayijê, (fayijia, fay'hê). | fayene [f.n.] frut del hesse. On fjheut co d' l' ôle di fayene al guere di 14. Åross cwâ ku çt ahan la, ås pèmes, ås fayines a rdaye, Tu råvulros ces froûts la Come les mangues èt les papayes ? in molin pou broyî les fayines Dju n’ ê nin veu la cåve d’ in rnåd ni l’ muzê d’ in skiron, ni la scrine d’ ène sèris, poutant k’ i gngn è tant çt anêye ci a cåze dul fayine a scafier ! | fayê rl a: fawê. >> Li / å Fayinbwè no d' plaece di Djoupeye. | fayine, fayinete rl a: fawene.

Vochal on scrijhaedje ki dj' a fwait so l' mot faw. Asteme ! dji n' a nen rispepyi les sourdants des mots (etimolodjeye). [étymologies non vérifiées]

Des bês mots walons pus wêre counuchus

Lu mot « få » èt ses parints

Dju n' vous va nin cåzer doul få pou fåtcher vosse rumoye [pelouse]. Vous ôz tourtous ene fåtcheuse a moteur. La få ku dju nn ê après ènute [qui nous concerne aujourd' hui], c' est çu k' on loume asteure la hesse, û après Bertrès, la hasse [le hêtre]. Ça vint du latin « fagus », sapinse les sincieus. On rtrouve co lu mot få tel quel dins kékes noms d’ place come Al Få Mayô a Viance; Mayå, ça vut dire « petite Mathilde » come Mahê, prononcé Mahin dou costé d' Bastogne. Les pus près parints du mot få, ûsku la parintêye crève les ûy c' est fayi, fayine et fawèle.
In fayi, c' e-st in bwès d' få, in bwès d' hesses, cwè. Gn è des peclêyes du noms d' place avu fayi avå nouzôtes : Hôt-Fayi (moutè biesmint : ou Fayi); Pitit-fayi; Grå-Fayi, Fayi-l'-vaneû, Fayi-Fåmène; lu Miyan Fayi a Viance, o Bwès do Fayi, et o Cô do Fayi a Årvaye, lu Fayi o Bork et a Yåle. In ptit fayi c' e-st in fayijê (in ptit bwès d' hesses). Come in ptit pèri, c' e-st in pèrijê [petit endroit pierreux], in ptit fali, in falijê [escarpement, petite falaise], in ptit bati, in batijê [petite place, petit bois communautaire pour pâturage]. C' est pou ça ku dju n' met pont du S a fayi, pèri, bati, fali. Ene fayine, c' est l' froût doul få [faîne]. Dinltins, on-z è fjot d' l’ ôle du fayine. Rulîjèz « Ene bôke su les bwès d' l' Ârdène » p. 62. Ene fawèle, c' e-st ene pitite få, du mwinss du 30 ans. Sinonime : ene hestrèle. Gn è co l' mot fawnî, lu prope mot pou dire « ene hesse » hoûte doul Bote du Djivet.
Asteure, vouci sacwants mots parints dud pus lon.

Ene fawine [fouine] c' e-st ene biêsse come ene grosse bascolète ki s' catchot vlètî dins les bwès d' fås, moutè pou-z î tinde ås skirons. In fådeu, c' e-st in bokion ki fjot dou tcherbon d' bwès. Pasku la få c' est l' meyeû bwès pou ça. I dressot des môyes du fåde [meule de carbonisation] su des êres du fåde [emplacement de la meule], et i vindot lu tcherbon d' fåde [charbon de bois]. On-z è fådé dins l’ Ârdène djusk' al guere du 40. La fådriye [industrie du charbon de bois] astot lu sûmint [la base] du toute la fwadjriye et l' travay du fiêr duvant k' on n' ôye lu tcherbon d' tère. Et faguéye [tartine], esku ça n' vinrot nin d' « fagus » ètou ?
Faguêye (Transine), faguée (Bîve), fadéye (Nåwinne, Forîre), c' e-st in mot tipike du nosse payis, la k' i gn è [là où il y a] djustumint brâmint des hesses. Esku c' est pasku les pôves, ki n' avint pont d' bûre, mètint du l’ ôle du fayine su leu pwin ? Co asteure, dins les payis dul Mîtrinne Mér [pays méditerranéens], on trimpe su crouchon d' pwin dins d' l' ôle d' olive, pou fé ene faguéye. Ça fwêt ku faguéye, fadéye vinrot du « fagus » dabôrd ? Ça årot l' avantadje du nous fwêre rutrovu lu D du fådeû. Mês dju n' è vu nin fwêre in vrêy èt dju vous l' dène pou çku ça m' cousse : nin co ene uromastoke [centime de l' euro].

Lucyin Mahin, lu 9 du djulète 1997.
Rawète : C' est pou bin moustrer la parintêye du tous ces mots la k' i fåt wårder lu scrîjadje A pattavå (få, fådeû) ûdon scrîre AU (fau, faudeû), pus vite ku du rtchindjî d' lète dou côp ku l' son est long (fô, fôdeû). Après Wardin èt Bastogne, èt djusk’ a Mâmdi, on dirè fâdeû, one êre di fâde.